FRANCOIS LAVRAT : de fer et de feu, entre le rêve et l’idéal

1 04 2010

Avant-première :  présentation d’un nouveau concept  « l’art et la trompe de chasse »,  inauguré par Christine BOUTIN, le 26 mars 2010.
 Fils du grand ferronnier d’Art André LAVRAT, François LAVRAT commence dés l’enfance à travailler le métal par jeu et par plaisir.

Jean-Pierre TARDIF et Yolande WISSALZER (GUS ART agent de F.LAVRAT)
spécialistes de l’art animalier et cynégétique, leur engagement : ouvrir
l’Art cynégétique auprès d’un plus grand nombre, et répondre à l’attente
des amateurs d’Art.

Christine BOUTIN et François LAVRAT

Il réalise donc ses premières œuvres pour arriver à plus de 600 pièces de collections réalisées  à ce jour et plus de 60 œuvres monumentales,  » le plaisir de l’œil  » demeure la devise de cet artiste attaché à l’esthétique des lignes fluides et harmonieuses sans pour autant oublier l’aspect symbolique de ses modèles.
Le fer, le bronze, l’acier inoxydable, sont les métaux favoris de François Lavrat qui aime relever les défis de la création tant dans les domaines de l’abstraction qu’à travers l’art figuratif (comme la représentation de Sainte Thérèse De Lisieux).
Quand on le retrouve dans sa tenue de travail, au milieu des gerbes d’étincelles de l’arc électrique, occupé à contraindre la matière, à donner au métal ses lettres de noblesse artistique, la mutation est si parlante, si évidente, qu’elle se suffit à elle-même.
Depuis le début de sa carrière, cet artiste talentueux aspire à unir la création innovante à l’exigence du métier, à inventer et non à reproduire. Son œuvre, plurielle et abondante, doit beaucoup à son environnement familial tourné vers l’art, et s’est nourrie au fil des ans de ses expériences personnelles vécues avec hardiesse et passion.

Bachelier en art plastique et ancien élève de l’École Boulle, il reprend dans sa création la technique de son père, en l’exploitant à sa façon. Très vite remarqué, il obtient le Grand Prix Révélation en 1985, le Grand Prix Européen de la Sculpture (Prix Géricault) en 1989, la médaille d’or du Mérite et du dévouement. 2002 son Exposition à la Mairie du XIIIème arrondissement de Paris est particulièrement remarquée. Citons également la médaille d’or, doublée du Prix du Public au Salon de Saint Arnould-en-Yvelines en 2003.
Comme les symbolistes du début du siècle, François Lavrat privilégie l’émotion, le mouvement par rapport à l’observation naturaliste. Le symbole intervient pour valoriser les sensations, qu’elles soient immédiates et évidentes ou sous-jacentes, lovées dans un mystère persistant où toutes les interrogations sont permises. Pour lui, la force du rêve est l’énergie créatrice du sculpteur.
En 2008, l’exceptionnelle sculpture en bronze du cheval Amiral Théodore a fait une entrée très remarquée au Château de Maisons Laffitte. Il figure désormais en bonne place dans les collections de ce monument historique édifié par l’architecte François Mansart au XVIIème siècle.
Pour François Lavrat, l’œuvre d’art ne doit pas seulement être du domaine d’un petit nombre d’initiés, il doit être accessible à tous. C’est la raison pour laquelle, il a cette volonté de participer à l’ornementation des espaces publics. « J’imagine une cité où le rationalisme inhérent à l’organisation de la société humaine serait ponctué de portes ouvertes sur l’imaginaire, pour créer un équilibre d’influences propices à cultiver le bonheur de vivre ». Il contribue ainsi au décor urbain de villes comme Saint-Denis-de-l’Hôtel, Saran, Orléans, Fleury-les-Aubrais, Joué-lès-Tours, Ormes, Romorantin, Chamalières, Poitiers, Rungis, Goussainville.
Dans son Atelier de Saran, situé sur la route Nationale 20, près d’Orléans, François Lavrat continue d’enrichir son œuvre.

Toutes ces « portes ouvertes sur l’imaginaires » introduites dans les villes par François Lavrat sont autant de prétextes au rêve. Semées ici et là pour donner corps à notre fantaisie, à nos méditations, elles servent aussi à véhiculer les engagements du sculpteur. Pour preuve, sa sculpture monumentale « Porter l’avenir », qui matérialise son engagement en faveur de la sauvegarde de la planète et son action pour préserver la biodiversité. Cette œuvre monumentale de 7 mètres de haut sur 4 mètres de long, d’un poids de 2 tonnes, représente une mère éléphant accompagnée de son petit. Ils avancent sur une ligne qui figure l’équateur, soutenue par quatre bras. La symbolique nous conduit à méditer sur le sort de ce mammifère dont les populations ont été décimées par le braconnage. Le commerce de l’ivoire est maintenant interdit et les chasseurs responsables se font un devoir de protéger l’espèce. Les bras qui soutiennent les deux éléphants de François Lavrat sont ceux des chasseurs protecteurs de l’éléphant qui s’activent pour que cet animal imposant, symbole de la biodiversité de la faune africaine, puisse continuer à fouler le sol de notre planète.
par Jean-Charles HACHET et Yolande WISSALZER (GUS ART agent de F.LAVRAT)

Nouveau concept  « l’art et la trompe de chasse », Périnet la magie du nom… son histoire se confond
avec l’histoire de la trompe du 19e au 21e siècle. Périnet est une entreprise artisanale. Chaque trompe
est unique, elle est testée par Yannick Bureau. La rencontre avec François Lavrat permet la
continuité de l’innovation dans le Geste d’Art, en effet, François Lavrat donne une vie animale au
métal avec des formes et des couleurs sublimant la beauté de la trompe de chasse.

« La création d’une oeuvre d’art pour accueillir et donner à la trompe de chasse toute
sa dimension et ainsi offrir au sonneur tout le plaisir d’apprécier deux oeuvres d’art
et de consacrer ainsi sa passion ».

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :